Dessin en poils de chien

  • Quand : le samedi 11 septembre 2021
  • À quelle heure : 14h-17h
  • : Sterput - Rue de Laeken, 122 - 1000 Bruxelles
  • Combien : PAF libre (conseillé 10€)
  • + d'infos : Voir l'event FB
  • Présentation

    Atelier “Dessin en poils de chien” et rencontre avec les artistes Samuel Trenquier et Marine Pascal dans le cadre de leur exposition au Sterput.
    Samedi 11 septembre de 14h à 17h.
    PAF : Libre (conseillé 10€). Matériel fourni.
    À partir de 13 ans.
    Inscriptions : info@sterput.org.

    Série d’ateliers autour de l’exposition en cours.

    DESSIN EN POILS DE CHIEN
    Développé dans les années 70, employé par les plus grands artistes du vingtième siècle, le dessin en poils de chien a acquis ses lettres de noblesse lors de la Biennale de Venise de 1982. Oubliée depuis quelques années, l’artiste Samuel Trenquier vous propose de renouer avec cette technique qui ravira les petits comme les plus grands (chiens bienvenus).

    Artistes

    Marine Pascal

    Sortie des Beaux-arts d’Angoulême en 2014, Marine Pascal est artiste plasticienne, éditrice, graphiste et vidéaste vivant à Bruxelles. Son travail oscille entre détournement d’objet et ornementation. En utilisant des matériaux peu coûteux, des jeux de texture se créent par l’accumulation ; les punaises se transforment en écailles et les points de couture en pixels. Les pièces de l’artiste confrontent souvent des mondes très distincts, voire opposés, pour tendre vers une harmonie surprenante et incongrue. Les chantiers et les chambres d’ado mal rangées sont sa première source d’inspiration.
    https://www.instagram.com/marine_pascal/

    Samuel Trenquier

    Samuel Trenquier est né en 1983 à Libreville (Gabon). Diplômé de l’École des Beaux-arts de Marseille, il vit et travaille à Bruxelles. Sa démarche nous invite à une ballade autour de la fiction de la robinsonnade. Mêlant l’exotisme à un regard qui se fait tour à tour ethnologue, archéologue, artiste ou poète, il conte l’histoire d’un naufrage et d’une rencontre avec l’inattendu. De Robinson, il distille la notion de culture, de Vendredi celle de nature et de vie sauvage ; leur relation devient une manière d’accueillir ce qui, en l’autre, déborde et ouvre vers un horizon renouvelé.
    https://www.instagram.com/samuel_tombola/


cliquez sur l'image pour ouvrir le diaporama